dimanche 4 janvier 2015

Les micro-ondes de forte puissance en action ?

Neutraliser à distance de manière non létale, indétectable, instantanée et invisible ! Cela reste un mythe de la guerre postindustrielle. L’usage des ondes électromagnétiques dans le combat a déjà plus d’un siècle. Ces procédés sont communément et principalement rattachés à la guerre électronique. Parmi eux, les micro-ondes de forte puissance ou MFP sont apparues comme un moyen de détruire l’électronique adverse à défaut de pouvoir tuer -au moins directement - les êtres humains. Présentées parfois comme une arme absolue face à l’introduction de l’électronique et du numérique dans les systèmes d’armes, l’arme électromagnétique est restée dans les labos. Elle a peu fréquenté les champs de bataille ! Retour sur un « miracle » et une « rupture » qui n’ont jamais eu lieu… du moins jusqu'à maintenant !
Champ

MFP de quoi s’agit-il ?
Les armes électromagnétiques sont très diverses. On peut d’abord citer les brouilleurs dont le but est de perturber la réception d’émissions électromagnétiques. Ils permettent de faire du brouillage offensif ou contribuer à la lutte contre les engins explosifs improvisés. Ces brouilleurs utilisés depuis plus d’un siècle ne sont pas des armes de rupture mais bien du champ de bataille, parmi bien d’autres. Ils sont généralement utilisées en appui de la manœuvre interarmes ou interarmées.

Un peu plus éloignée du brouillage électromagnétique traditionnel, la mise en œuvre d'équipements générant des micro-ondes de forte puissance (MFP) revêt également 'un intérêt prépondérant. La notion de menace MFP (micro-ondes de forte puissance, en anglais HPM : high power microwaves) recouvre toutes les formes d’agression électromagnétique qui viseraient à neutraliser les fonctions électroniques ou à détruire physiquement les composants de systèmes d’armes et d’information du champ de bataille. L’usage des armes MFP entre dans le cadre de l’attaque électronique (usage de l’énergie électromagnétique à des fins offensives - cf. DIA 3-6 guerre électronique) ou de la neutralisation électronique (dans le domaine des contremesures électroniques, emploi volontaire de l'énergie électromagnétique pour endommager de façon temporaire ou permanente les dispositifs ennemis qui dépendent exclusivement du spectre électromagnétique – Cf. AAP-6 1996).
Lire la suite sur Echoradar.

Aucun commentaire: