mercredi 24 décembre 2014

Joyeux Noël... et n'oubliez pas ceux qui servent

Je souhaite un joyeux Noël à tous les lecteurs de Lignes stratégiques. J'en profite pour avoir une pensée pour les hommes et les femmes qui sont "sur le pont", de permanence ou en mission, pour la collectivité (hopitaux, forces de sécurité, etc.) et au premier rang desquels les militaires qui ont quitté leurs proches pour servir en opérations extérieures, sur le territoire national (300 en plus ont laissé leur famille pour renforcer Vigipirate pour le bien commun), en mer ou dans les casernes de Gendarmerie ou de pompiers de Paris ou de Marseille.
lanouvellerepublique.fr
Pour exprimer votre soutien aux soldats en OPEX ‪ utilisez le hashtag #‎SoutienAuxSoldatsEnOPEX‬
Un tweet, ce n'est pas grand chose mais cela peut faire plaisir !

dimanche 21 décembre 2014

Dossier Echoradar : armes de rupture, armes miraculeuses ?

Vous avez aimé le dossier Eté 14 d'Echoradar, vous adorerez le dossier "armes de rupture, armes miraculeuses ?". Entre mythes et réalités vous (re)découvrirez certaines armes ou certains programmes qui seront mis en regard de leur efficacité opérationnelle réelle, souvent bien en-dessous des attentes au moins dans un premier temps.
Qu’y a-t-il de commun entre les “bouches à feu” (canons) françaises des victoires de Castillon (1453) et de Marignan (1515), les galéasses vénitiennes de la bataille de Lépante (1471), l’introduction du tank durant la Première guerre mondiale ou les fusées nazies V1 et V2 de la Deuxième guerre mondiale ? En apparence, il paraît difficile sinon impossible de répondre à une telle question. En apparence seulement ! Car, ce qui relie ces différentes inventions, c’est la rupture technologique qu’elles symbolisent et, pour leurs chefs militaires, le souhait – parfois l’utopie – de changer l’issue de la bataille sinon de la guerre par leur emploi.
 Le rayon de la mort lors du siège de Syracuse
 (représentation fantaisiste au plan scientifique et historique)

mercredi 17 décembre 2014

@WAR sur Echoradar

Dans @WAR, Shane Harris nous offre une vue d’ensemble de la guerre sur les réseaux et pas seulement Internet. Etayé par de nombreux exemples, son ouvrage relate avec talent l’histoire de ce qu’il considère comme la première cyberguerre et nombre de développements. Retour sur la guerre d'Irak et autres attaques majeures.
@war
Un récit détaillé et passionnant
Shane Harris décrit assez précisément des opérations combinées de cyber, de guerre et de SIGINT (signal intelligence) durant la guerre en Irak en 2003. Il insiste sur les échecs du renseignement humain et en particulier son incapacité initiale à prendre en compte les menaces – qualifiées d’asymétriques - du champ de bataille de l’époque (terrorisme, crime organisé, subversion). Les forces américaines parviennent à combiner l’agilité tactique des unités de guerre électronique déployées avec le soutien technique de la NSA, en particulier grâce à une mise à disposition de bases de données exploitables. Cet appui de la NSA est présenté comme allant jusqu’au au hacking des systèmes de communication dont les insurgés se servaient pour préparer et conduire leurs attaques (spyware, infiltration de forums, etc.).

lundi 15 décembre 2014

Mention spéciale du jury La plume et l'épée pour Attention : cyber !

Aujourd'hui a eu lieu la remise des prix, L'épée et la plume (1) et La plume et l'épée (2) à la mairie de Tours. Ce fut l'occasion de discuter de culture militaire et plus largement de défense. Le premier prix a été décerné au colonel Michel Goya pour l'excellent Sous le feu et le second à Raphaël Krafft pour Captain Teacher que la présentation faite donne vraiement envie de lire. Un grand bravo à tous les deux.
Deux mentions spéciales du jury on été décernées à Soldats de France : l’armée au coeur de la nation du colonel Guillaume de Jerphanion et Attention : cyber ! Vers le combat cyber électronique.