mardi 25 février 2014

Non, la cybersécurité n’est pas un échec ! par Benjamin Piot

21, 22 janvier 2014, Forum International de la Cybersécurité, plus de 3000 participants. Question: la cybersécurité est-elle un échec ? Sur fondd’affaire Snowden, 70% de réponses positives. Sur scène lors de laplénière introductive, un thuriféraire des libertés individuelles, un alarmiste du cyber Pearl Harbour, deux représentants de groupes industriels et deux représentants institutionnels ont chacun donné leur avis.
A l’instar de ce que dit Patrick Pailloux, alors directeur de l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI), non, la cybersécurité n’est pas un échec : elle évolue. S’il reste des obstacles à franchir, une réelle approche globale de cette problématique est en train d’émerger.

 Une question mal formulée
Parler d’échec supposerait que l’on soit à l’heure du bilan. Pourtant la cybersécurité est une problématique apparue avec l’émergence de nouvelles technologies et qui continuera à évoluer. Qu’aurait-on répondu en 1960 à la question « la stratégie nucléaire est-elle un échec » ? La France était alors dans un processus évolutif qui continua jusqu’aux essais de 1996. Et si aujourd’hui le non l’emportait, le programme Laser Mega Joulerappelle que la stratégie nucléaire est toujours en évolution.
Accepter le bilan précité reviendrait de surcroît à nier les résultats des précurseurs qui contribuent à la cybersécurité, composée de la cyberprotection, de la cyberdéfense et de la lutte contre la cybercriminalité. La gendarmerie, créatrice du FIC, est fortement engagée sur ce terrain depuis que la criminalité a vu dans le cyberespace une opportunité de commettre de nouveaux délits. Tous les jours les gendarmes NTEC[2] sur le terrain et l’IRCGN[3] au Fort de Rosny combattent les criminels en utilisant des techniques numériques. De même, les services de renseignement ou encore les banques, de manière plus discrète, sont très actifs dans ce domaine.

Aucun commentaire: