samedi 2 février 2013

Traquer les jihadistes

0 dark 30 nous raconte la traque de Ben Laden sous l'angle de la CIA. Le film se laisse regarder même si les invraisemblances "techniques" sont nombreuses  Heureusement me direz-vous ! Sinon, cela durerait des heures et ce serait vraiment ch.... de voir des gens dernière un ordinateur pendant des heures. Ne boudons pas le plaisir du téléspectateur, c'est un bon film et non un documentaire.


Ce film de Kathryn Bigelow amène quelques commentaires :
  • on se demande si le film justifie la torture ou la met en cause. Les résultats sont montrés comme peu efficaces mais les scènes sont présentées comme bien légitimes. Cette ambivalence est surement celle de l'Amérique. La torture aurait été nécessaire mais inefficace... 
  • moins de deux ans après la mort d'OBL (2 mai 2011), cette histoire raconte l'épopée de héros de l'ombre. C'est certainement une forme d'hommage aux hommes, et aux femmes en l’occurrence  de l'ombre et plus largement aux combattants américains de la lutte contre le terrorisme. La reconnaissance passe par la narration. Pas de narration, pas d'hommage, pas d'histoire !
  • la dimension jihadiste n'est montrée que sous l'angle du terrorisme face à l'occident. La dimension du terrorisme contre les musulmans est presque absent. C'est dommage mais vous me direz que l'on ne peut pas tout montrer. C'est vrai.
  • ensuite, cette histoire est celle d'une vengeance collective et personnelle, contre OBL et ses assassins, qui dépasse la légitime défense. Elle est surement légitime mais est loin d'être décisive dans la guerre contre le terrorisme.
  • finalement, ce que l'on peut retenir de la décennie de guerre américaine contre le terrorisme, c'est qu'il faut éliminer ou capturer les terroristes quand on en a l'occasion, sans se dire que d'autres le feront. Cette longue lutte, idéologique sous certains aspects, est à mort. Il ne faut jamais l'oublier, surtout lorsque cela devient difficile.

Aucun commentaire: