mardi 25 décembre 2012

La fin de la civilisation : Une seconde après l'EMP.


"Une seconde après" est un ouvrage de William R. Forstchen qui traite de la destruction systémique de la société américaine (la fin du monde ?) et plus largement du pays sur ses bases actuelles, à la suite d'une attaque nucléaire. Une attaque nucléaire asymétrique est la base de ce scénario apocalyptique. Trois bombes atomique tirées au-dessus des Etats-Unis induisent un effet électromagnétique (IEM) qui détruit toute l'électronique. Et, l'électronique est presque partout : voitures, médias, télécommunications terrestres et par satellite, matériel de santé, matériel de navigation, régulation des transports, régulation de l'énergie. En quelques secondes, la société revient à un stade de développement compris entre le néolithique et le début du XXème siècle !
Le principal problème devient alors une surpopulation par des habitants qui d'un coup ne sont plus adaptés à leur environnement : la loi du plus fort s'impose et les clans ou tribus se forment pour lutter pour le peu qu'il reste. La société s'effondre en même temps que les  ses fondements moraux s'affaissent. Le biologique prend le pas sur le culturel. La violence devient reine et l'ordre minimaliste et brutal malgré le développement de nouvelles solidarité.
Ce roman est passionnant et mériterait une adaptation sur un écran (grand ou petit), si ce n'est déjà fait. Il s'appuie sur un rapport officiel qui date de 2004. Les situations décrites dans le roman sont parfois un peu exagérées mais le risque de rupture stratégique semble réel, tant le cyberespace irrigue nos vies. Il traite de l'effet IEM mais de toutes les actions avec des armes électromagnétiques de haute puissance (grenade, missile, etc.)
Les vulnérabilités critiques (qui n'existaient pas il y a seulement en trentaine d'années pour la plupart) sont immenses et dues :
  • à la mondialisation de la production industrielle et agricole
  • au développement et à l'intégration d'électronique dans tous les domaines de la vie quotidienne
  • à la prolifération nucléaire (même lente actuellement)
Pour faire face à cette menace, il est possible de mener des actions complémentaires :
  • prévention, en luttant contre la prolifération nucléaire et balistique, en développant des politiques de dissuasion symétriques et asymétrique
  • diminution des effets, en développant les protections face à l'IEM, notamment le durcissement des matériels et des réseaux critiques
  • traitement des causes, en disposant des moyens de remplacer rapidement les matériels critiques une fois endommagés, en disposant de stocks permettant de faire survivre la société, en mettant en place des plans et en étant capable de décentraliser l'administration et la sécurité aux niveaux les plus bas (communes et citoyens)
Une dernière remarque. On comprend mieux à quoi pourrait servir un système antimissile très coûteux pour détruire deux ou trois missiles en vol... Comme je le soulignais dans Stratégies dans le cyberespace et dans un article sur la cyberdissuasion (resp. avec Guillaume Grandvent et Olivier Hubac), l'arme électromagnétique à grande échelle est l'arme absolue du cyberespace car elle permet de détruire une partie de l'espace sans qu'il soit possible de s'adapter à l'attaque. Cette menace est brandie par les Etats-Unis et les Israéliens contre le programme nucléaire iranien.
*
Présentation de l'éditeur :
Ce qu'il y a de terrifiant dans cette histoire, c'est qu'elle pourrait réellement arriver ! Black Mountain, Caroline du Nord. John Matherson, ancien colonel de l'armée américaine et professeur d'histoire au collège de Montreat, s'apprête à fêter l'anniversaire de sa plus jeune fille. Quand survient une panne de courant. Les appareils électriques s'éteignent, la musique s'arrête... Plus étrange, les téléphones portables ne fonctionnent plus; même les voitures sur l'autoroute toute proche stoppent brusquement. John Matherson pense tout d'abord aux effets d'une forte tempête solaire déclenchant un gigantesque court-circuit. Mais les jours passent et la population de Black Mountain doit se rendre à l'évidence: quelque chose de bien pire s'est produit. Ce roman raconte comment une explosion nucléaire à haute altitude au-dessus des Etats-Unis provoque la destruction des systèmes électriques et électroniques, l'arrêt de tous les moyens de transmission et de transport. Le pays, paralysé, s'enfonce dans le chaos, la violence et la famine. La petite communauté de Black Mountain parviendra-t-elle à survivre au black-out ? Saura-t-elle résister aux hordes de réfugiés affamés ?
US DoD

Biographie de l'auteur
William R. Forstchen est professeur d'histoire à l'université de Montreat en Caroline du Nord. Expert en histoire militaire et en histoire des technologies - il est l'auteur de nombreux articles et nouvelles dans ces domaines -, il a publié plus d'une quarantaine d'ouvrages dont plusieurs best-sellers.

Aucun commentaire: