samedi 10 novembre 2012

David Petraeus : la chute d'un véritable héros américain

Dans la nuit, nous apprenons la démission de David Petraeus, directeur de la CIA jusqu'à hier. La raison donnée par l'intéressé dans un communiqué aux employés de la centrale est son manquement à son rôle de mari et de chef. Cette démission a été acceptée par le président Obama qui a rendu hommage à l’intéressé et a nommé son successeur Michael Morell dans un communiqué laconique. Service minimum pour un adieu aux armes (déjà formellement effectué en 2011) ou au service de l'Etat d'un héros de l'Amérique! 

(c) Maison blanche

Il a reçu des messages de soutien rappelant son action au profit des Etats-Unis :
  • Sénateur McCain, ancien candidat républicain à la présidence
  • Sénateur Warner, du comité sur le renseignement
  • Représentant King, du comité de sécurité intérieur de la chambre des représentants.
  • Sénatrice Feinstein, du comité de renseignement du Sénat
  • etc.
Sur le fond (obscure) de l'affaire et sans posture morale, quelques questions restent en suspend :
  • cette démission tombe juste après l’élection présidentielle et avant l'audition du général Petraeus par la Commission du renseignement, dans le cadre de l'attaque du consulat de Benghazi le 11 septembre dernier. Est-ce un hasard ou une volonté de ne pas interférer avec le rendez-vous démocratique, dans un contexte déjà troublé par les dégâts de l'ouragan Sandy ?
  • l'adultère n'est pas un motif de démission d'un président américain (Affaire Clinton - Lewinsky) qui plus est démocrate. Pourquoi faire partir le directeur de la CIA pour ce motif ? Est-ce en raison du passé militaire de Petraeus et d'un devoir implicite de suivre le code de bonne conduite des officiers (pas de comportement immoral) ?
  • une aventure extraconjugale (avec sa biographe ?) n'est pas forcément synonyme de démission à la CIA, sauf en cas de compromission potentielle.  Quelle est cette faute en tant que chef à laquelle fait allusion Petraeus ? Morale ou autre ?
  • un militaire a été remplacé par un civil à la tête de la CIA et provenant du sérail. Est-ce une volonté de limiter le rôle des militaires dans l'Etat (l'antimilitarisme n'existe pas qu'en France) et ce avant les coupes budgétaires à venir ?
(c) US Army

L'armée de terre américaine avait déjà "perdu" l'un de ses plus grand généraux de l'histoire qui a mené au combat les corps expéditionnaires en Irak et en Afghanistan, en mettant en application la doctrine de COIN fm-3.24 qu'il avait promu. Les Etats-Unis perdent un grand serviteur, dont sa nomination à la tête de la CIA en 2011 avait été considérée par des commentateurs comme une neutralisation politique en vue des présidentielles de novembre 2016. La France perd un officier francophile au sein de la Défense américaine (commandeur de la Légion d'honneur et ici). 
L'histoire dira sans doute pourquoi ce grand homme est tombé politiquement ce 9 novembre 2012 ! 
Respectfully yours

Lire aussi sur Défense et sécurité.

Aucun commentaire: