dimanche 13 mars 2011

La conquête du Mexique par Bernal Diaz del castillo

Le Mexique est à la mode cette année ou plutôt aurait dû l'être. La campagne de Cortes qui en 1519 lui permet de faire chuter l'Empire aztèque reste dans les mémoires comme une formidable et sanguinaire épopée, dans laquelle l'intelligence côtoie parfois l'amour et la trahison. Cet affrontement a fait l'objet désinformations, car en fait, et Bernal Diaz del Castillo le montre bien, pour les Espagnols ce fut autant une guerre de l'information qu'une suite de batailles.
Comment les Espagnols (et les Antillais), aussi peu nombreux, ont-ils pu vaincre l'Empire aztèque ? Les alliances avec les Indiens ont permis de disposer de troupes nombreuses, le renseignement a été primordial pour éviter les pièges aztèques, la recherche de la gloire et la chance ont eu également leur part.


En effet, les premières expéditions coloniales du XVIème siècle avaient un but de renseignement et de découverte. Elles ont ouvert la voie à la conquête et à l’exploitation commerciale des territoires découverts. L’expédition menée par Cortes n’y déroge pas et a pu réussir grâce aux connaissances acquises lors de précédentes expéditions.

La compréhension de la culture et des rapports de force locaux a permis à Cortes de s’emparer de l’Empire aztèque avec des effectifs espagnols qui auraient été ridiculement faibles sur un champ de bataille européen du début du XVIème siècle. Aucune victoire n’eut été possible sans alliance, surtout avec un camp Espagnol divisé. Cortes a eu l’intelligence de se servir de l’insurrection des Tlaxcaltèques contre les Aztèques.

Les Aztèques disposaient de la puissance et d’un réseau de renseignement conséquent et de forces militaires redoutées. La dimension divine (Quetzalcóatl) attribuée à Cortes, dans l’imaginaire européen, semble plus le résultat, au moins initialement, des croyances du peuple que de celles l’empereur (qui a cherché à faire assassiner Cortes avant son arrivée à Mexico). Il est parfaitement informé des expéditions espagnoles des années précédentes, des déplacements de Cortes, de ses forces mais aussi de ses faiblesses.





Présentation de l'éditeur
Bernal Diaz n'a pas vingt ans lorsqu'il s'embarque en 1514 pour le Nouveau Monde. En 1519, il participe à l'expédition dirigée par Cortés vers le Mexique où une poignée d'Espagnols en quelque dix-huit mois vont parvenir à défaire l'Empire aztèque. C'est cet exploit militaire exceptionnel, l'une des grandes expéditions qui ont marqué notre imaginaire occidental, que relatera quarante ans plus tard le conquistador devenu chroniqueur. Pas à pas, jour après jour, il raconte, dans une prose quasi journalistique, les enjeux internes du pouvoir, le cérémonial entourant la conquête, les habiles tactiques de Cortes pour approcher l'empire de Montezuma puis celui de Cuauhtémoc, le choc des croyances et le tourbillon des batailles jusqu'à la chute de Mexico.

Biographie de l'auteur
Né vers 1500 à Medina del Campo, mort au Guatemala en 1581, le conquistador Bernal Diaz del Castillo fit de sa vie son œuvre : grand témoin de l'histoire dont il est l'un des plus actifs acteurs, il révèle aussi de vrais talents de narrateur, qui font dire dans sa présentation à Gérard Chaliand, spécialiste confirmé des questions de stratégie et de géopolitique, que "Bernai Diaz égale par le talent le Xénophon de L'Anabase et le surpasse par l'ampleur du récit'.

Aucun commentaire: